POUR UN PROJET CINEMATOGRAPHIQUE AFRICAIN 

bekoloLe cinéma africain a besoin de se définir un projet.

Nous ne pouvons pas abandonner la cinématographie africaine dans une errance située entre l’espoir d’une reconnaissance occidentale, le désir d’une adhesion populaire fédérant autour du plus petit dénominateur commun et le capitalisme.

Le cinema africain a plusieurs défis à relever.
Le premier de ces défis est celui de l’universel; l’universel au sens ou il impose une direction à l’histoire. Parce que le monde entier se représente l’Afrique, il est impératif que l’Afrique pose cet acte de repossession du monde.

Le cinéma africain doit proposer non pas seulement aux africains, ni même à l’humanité, un projet civilisationnel mais aussi aux animaux, aux plantes; à la terre. Il doit donc éviter l’écueil de l’autarcie et rester dans la relation avec l’autre, une relation mutuellement féconde tout en poursuivant la marche vers l’autonomie sans ignorer les rapports force asymétriques en notre défaveur.

Un autre défi du cinema africain est celui de la reconstruction de nos infrastructures psychiques suite à l’histoire coloniale marquée par le déni, la violence et la honte de soi. Le cinéma africain doit être un cinema de la resilience, un cinéma qui nous soigne. Il doit s’attaquer aux questions qui se posent à nous au niveau psychologiques et psycho-comportemental et interroger l’agir humain.

Enfin le cinema africain a un défi technologique qui commence par la capacité à conserver et à rendre accessible la memoire des images du continent qui se construit chaque jour.

Pour relever tous ces défis, il doit produire un langage avec une sémantique et une sémiologie qui propose au monde notre élan vital. Un langage cinématographique permettant de se réinventer en sortant de ce lexique de l’autoflagellation, nous présentant comme des handicapés ou des gens qui sont en retard ou qui manquent de quelque chose.

Le cinéma africain doit en toute lucidité et maturité avec estime de soi, trouver une manière de raconter notre presence au monde sans être réduits à des problématiques de pauvreté; d’accompagner le mouvement du continent, un continent en “travail”, une Afrique qui crie parce qu’elle est entrain d’accoucher.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s