Bande d’Incapables

Et si la crise économique de la CEMAC à l’origine de cette reunion qui remets nos pays dans les bras du FMI pour un ajustement structurel n’était qu’une affaire d’incapacité?

Ces chefs d’Etats présents à Yaounde ce 23 décembre qui se sont bel et bien résignés à l’idée qu’ils ne sont pas à mesure de résoudre les problèmes qui se posent à nous, se sont-ils posés une seule fois la question de leur approche de résolution de problèmes? En tout cas, je n’ai jamais senti qu’on a  jamais donné aux citoyens une approche compréhensible et clairement lisible par tous pour sortir de nos problèmes. Saufs des slogans dans les discours où on répète tous des termes du genre “ajustement structurel”, “emergence”, “point d’achèvement”, etc. pensant que cette propagande verbale va fournir à chacun depuis la base jusqu’au sommet, des outils d’action collective de resolution des problèmes qui se posent à nous tous.

Non contents d’être eux incapables, ils nous transforment tous en incapables car le système opèrent à une destruction systématique des  « capacités » au point de plonger nos pays dans un état d’ “incapacitation généralisée” ! Quand je parle de cette société d’incapacitation qui règne, gouvernée par des incapables qui généralisent le « laisser-faire », le «  laisser-passer » qui détruit les savoirs sous toutes les formes et en particulier le savoir-vivre. En installant ainsi le « je-m’en-foutisme » généralisé c’est avant tout une question de mœurs qui conduit à l’aliénation par la consommation addictive des biens ou « commodités », c’est à dire par la généralisation de l’incurie et qui est devenu mentalement mentalement toxique au point que nous vivons dans une société où personne n’est rien et tout le monde est tout!

L’émergence de toute entreprise chez-nous doit donc faire face à ce contexte d’incapacité généralisé: l’incapacité économique, l’incapacité politique, l’incapacité de visibilité, l’incapacité technologique et même l’ incapacité de langage car il y a même l’incapacité à s’exprimer. On parle pour ne rien dire car tout est organisé pour ne surtout rien exprimer. Il y a l’incapacité du langage, le langage utilisé ne dit pas ce qui se passe réellement. Et au quotidien, les camerounais par exemple ne disent pas ce qu’ils pensent et ne pensent pas ce qu’ils disent. Sans compter le Black-out sur l’histoire du pays qui n’est toujours pas racontée.

Il y a l’incapacité à consommer. Parce que les salaires  et les prix ne correspondent à aucune réalité économique, on utilise l’Etat pour consommer. Il y a aussi l’incapacité politique. C’est à dire qu’on ne peut faire de la politique qu’autour du fauteuil du Président de la République. Toutes les politiques à mettre en place ne peuvent être que le bon vouloir le chef de l’Etat qui devrait entre en mesure d’en tirer tous les benefices que lui ou son entourage estime qu’il en aurait besoin. Il y a l’incapacité à connaître. La vérité n’a pas de tribune. Donc la connaissance non plus.

Oublions un instant des concepts dits “panafricanistes” et restons loin de vouloir résoudre les problèmes qui sont d’un tout autre ordre, problèmes de dignité, de fierté, d’héroïsme etc… du peuple africain, il s’agit d’avoir une approche quasi « radiologique » voire diagnostique de notre activité si nous voulons affronter cette question d’incapacité.

Quelle est la réalité de ces concepts qui nous viennent d’en haut? Du ciel? Alors que nous nous vivons sur terre avec ses réalités et que le fossé qui sépare ce ciel et notre terre nous semble de plus en plus immense?

S’il y a bien quelqu’un à blamer pour cette incapacité généralisée qui nous gagne, c’est avant tout nous-mêmes. Nous pensons naïvement qu’il y a un lien entre nos bonnes intentions du haut et l’aboutissement de notre ideal en bas. Nous ne nous rendons pas toujours compte que très souvent ce que nous faisons, quand bien même nous le faisons avec toutes les bonnes intentions ou par amour du prochain, nous le faisons très souvent sous l’emprise de l’idéologie. Souvenons nous que le communisme, comme le christianisme à une l’époque de l’Inquisition ont été criminels par amour de l’humanité. Il est donc impératif de savoir avant tout d’où viennent les idées? D’où vient l’émergence? D’où vient le plan d’ajustement structurel? D’où vient le point d’achèvement?  Au nom desquelles nous décidons d’agir, en quoi ces idées que nous prenons pour des vérités ont une veritable capacité de transformer notre quotidien d’africains?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s