Le normal et les camerounais

vlcsnap-2015-02-28-19h15m02s188

Qu’est-ce qui est normal ? Qu’est-ce qu’être normal quand on est africain? Qu’est-ce qu’un pays normal? Peut-on être normal dans un pays ou rien n’est plus normal? On peut en effet spéculer sur la notion de normalité, mais je peux affirmer que le Burkina Faso est un pays normal. C’est à dire un pays qui fait ce que des africains devraient faire normalement.

Beaucoup de pays africains devraient normalement changer de nom. Le Burkina Faso a cessé il y a près de 30 ans d’être la Haute Volta. Comment un peuple peut accepter d’être “Voltaique, Ivoirien” ? Les Burkinabes l’ont compris il y a 30 ans et ont décidés d’être le pays des hommes intègres quand certains sont fiers d’être des “crevettes” (camerones – Rio dos camaroes). Nous camerounais sommes le pays des hommes comment? Comment porter toutes ces années ces noms méprisants en pensant qu’on est normal? Et quand on est pas normal, on est quoi?

Le Burkina a donc entamé il y a 30 ans un processus dont on commence à voir aujourd’hui les résultats. Demandez votre chemin à un chauffeur de taxi à Ouaga. Il va vous dire de prendre l’Avenue Kwame Nkrumah, de tourner à gauche sur la rue Amilcar Cabral pour arriver sur le Boulevard de Lumumba. Rien qu’ à entendre ces noms raisonner dans ta tête, ta manière de marcher dans ces rues ne saurait être la même; tu as envie de vivre le reste de ta vie à côté de ces grands africains.
Au Cameroun, prenez l’Avenue Paul Biya pour quitter Bandjoun, vous arrivez à Douala sur le boulevard Ahmadou Ahidjo avant de rejoindre l’Avenue du Général de Gaulle. Une fois à Yaoundé, c’est d’abord Avenue Kennedy puis en montant, c’est l’Avenue Giscard d’Estaing.

Entre les deux qui est normal? Le Burkina Faso ou le Cameroun? Même « le blanc » vous dirait que c’est le Burkinabe qui est normal. Pourtant ils n’ont rien fait d’exceptionnel. Ils ont juste fait c’est ce qu’on fait normalement dans un pays normal.

La formule fétiche des camerounais pour justifier ce qui n’est pas normal est“Le Cameroun c’est le Cameroun”prononcée par qui on sait.
Le Pr Fabien Eboussi nous apprends que “une chose qui ne serait qu’elle même n’existe pas. Rien de notre expérience humaine est telle qu’il puisse se comparer à lui même. Le Cameroun n’est le Cameroun que si on peut le comparer à d’autres. Le Cameroun c’est le Cameroun serait une absurdité aussi bien philosophique que politique car on est toujours un être de relations. Vous n’êtes pas que vous, vous êtes le point de croisement de beaucoup d’êtres; vous êtes un peu de votre père, un peu de votre mère etc.

Si aujourd’hui plus qu’hier le Burkina apparaît à mes yeux comme un pays normal, c’est aussi parce qu’il n’a pas renoncé même après 28 ans à la recherche de la vérité. Qui a tue Thomas Sankara? Qui a tué Um Nyobe? Les camerounais ont eux renoncés à la vérité ; à tellement de vérités que les impasses face à son projet de modernité s’amoncellent. Pouvons-nous seulement commencer à apprendre à être normal ? En devenant par exemple un autre pays que celui des crevettes?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s