Le normal et les camerounais

vlcsnap-2015-02-28-19h15m02s188

Qu’est-ce qui est normal ? Qu’est-ce qu’être normal quand on est africain? Qu’est-ce qu’un pays normal? Peut-on être normal dans un pays ou rien n’est plus normal? On peut en effet spéculer sur la notion de normalité, mais je peux affirmer que le Burkina Faso est un pays normal. C’est à dire un pays qui fait ce que des africains devraient faire normalement.

Beaucoup de pays africains devraient normalement changer de nom. Le Burkina Faso a cessé il y a près de 30 ans d’être la Haute Volta. Comment un peuple peut accepter d’être “Voltaique, Ivoirien” ? Les Burkinabes l’ont compris il y a 30 ans et ont décidés d’être le pays des hommes intègres quand certains sont fiers d’être des “crevettes” (camerones – Rio dos camaroes). Nous camerounais sommes le pays des hommes comment? Comment porter toutes ces années ces noms méprisants en pensant qu’on est normal? Et quand on est pas normal, on est quoi?

Le Burkina a donc entamé il y a 30 ans un processus dont on commence à voir aujourd’hui les résultats. Demandez votre chemin à un chauffeur de taxi à Ouaga. Il va vous dire de prendre l’Avenue Kwame Nkrumah, de tourner à gauche sur la rue Amilcar Cabral pour arriver sur le Boulevard de Lumumba. Rien qu’ à entendre ces noms raisonner dans ta tête, ta manière de marcher dans ces rues ne saurait être la même; tu as envie de vivre le reste de ta vie à côté de ces grands africains.
Au Cameroun, prenez l’Avenue Paul Biya pour quitter Bandjoun, vous arrivez à Douala sur le boulevard Ahmadou Ahidjo avant de rejoindre l’Avenue du Général de Gaulle. Une fois à Yaoundé, c’est d’abord Avenue Kennedy puis en montant, c’est l’Avenue Giscard d’Estaing.

Entre les deux qui est normal? Le Burkina Faso ou le Cameroun? Même « le blanc » vous dirait que c’est le Burkinabe qui est normal. Pourtant ils n’ont rien fait d’exceptionnel. Ils ont juste fait c’est ce qu’on fait normalement dans un pays normal.

La formule fétiche des camerounais pour justifier ce qui n’est pas normal est“Le Cameroun c’est le Cameroun”prononcée par qui on sait.
Le Pr Fabien Eboussi nous apprends que “une chose qui ne serait qu’elle même n’existe pas. Rien de notre expérience humaine est telle qu’il puisse se comparer à lui même. Le Cameroun n’est le Cameroun que si on peut le comparer à d’autres. Le Cameroun c’est le Cameroun serait une absurdité aussi bien philosophique que politique car on est toujours un être de relations. Vous n’êtes pas que vous, vous êtes le point de croisement de beaucoup d’êtres; vous êtes un peu de votre père, un peu de votre mère etc.

Si aujourd’hui plus qu’hier le Burkina apparaît à mes yeux comme un pays normal, c’est aussi parce qu’il n’a pas renoncé même après 28 ans à la recherche de la vérité. Qui a tue Thomas Sankara? Qui a tué Um Nyobe? Les camerounais ont eux renoncés à la vérité ; à tellement de vérités que les impasses face à son projet de modernité s’amoncellent. Pouvons-nous seulement commencer à apprendre à être normal ? En devenant par exemple un autre pays que celui des crevettes?

Publicités

Sortons de la Mentalité de Friperie , Exigeons le Meilleur!

vlcsnap-2015-02-28-19h08m26s57

Là où les autres se vantent d’avoir de belles avenues avec de belles boutiques proposant de beaux articles neufs, nous nous acceptons que nous villes soient saturées de boutiques qui ne sont rien d’autre que les poubelles occidentales, elles nous vantent à travers leurs enseignes la qualité des déchets d’Italie, d’Allemagne, de France, des USA…
Peut-on désirer la poubelle de l’Autre, consommer les déchets de l’Autre sans se considérer soi-même comme un déchet ou une poubelle?
Renault est entrain de proposer aux Indiens une voiture neuve à 2 millions de Francs CFA. Pourquoi à nous africains, on propose de vieilles voitures d’occasions de Belgique qui furent un instant à la mode; ces “congelés” qui ne peuvent même plus circuler en occident à 3,4,5 millions avec les frais de douanes et transport? Nos villes sont saturées de parking de ces “brocantes”aux belles apparences achetées a prix d’or en occident pour leur valeur réelles, attendant parfois pendant des mois voire des années un acquéreur rêvant de ces déchets européens qui feraient son bonheur.
Combien de fois un vendeur à la sauvette a fait irruption dans un bureau de nos ministères pour proposer aux fonctionnaires des dessous (slips) d’occasion venant de Suisse sans que cela ne choque personne?
La question que je me pose est ; pourquoi nous infligeons-nous à nous-mêmes ce supplice ? Car personne ne nous oblige accepter ça. Si Renault propose aux indiens une voiture neuve à 2 millions, les africains devraient pouvoir exiger la même chose voire mieux. Mais pourquoi ne le faisons-nous pas?
Difficile de ne pas imputer cette responsabilité une gouvernance sans vision qui se comporte encore en colonisés en face de pays comme la France. Une gouvernance qui choisit des solutions de contournements comme le déversement massifs de produits chinois qui sont une autre forme de déchets car mal finis ou ratés, ces produits chinois ne valent pas leurs prix. Friperie ou chinoiseries? La peste ou le choléra? Tel est le choix cornélien que la gouvernance de la “Post-colonie” nous laisse à nous. Quelle différence avec nos chefs qui donnaient de l’or, des esclaves en échange de pacotilles?
Pourtant dans nos rues de nombreux talents errent à coté des fous et des mendiants dans un pays où on a pas un seul bureau qui accueille les talents locaux. Ne dit-on pas souvent aux enfants doués qu’ “il faut que tu partes de ce pays, ici, ils vont te casser.” Comment acceptons-nous l’idée qu’il faut que nos meilleurs talents s’en aillent en Europe, en Amérique et même en Asie? Est-ce parce que nous avons accepté que nous ne les méritons pas ? Ou alors nous avons décidé de rester des déchets du reste du monde?
Peut-on accepter de gérer ces poubelles sans développer une mentalité poubelle – trash mentality? La France a ouvert la Sorbonne à Dubai, l’Afrique ne mérite-elle pas mieux qu’une Sorbonne! Avec tout le pillage et toute ses richesses qui ont enrichi la France! Difficile d’accuser la France si ceux qui dirigent l’Afrique n’exigent pas le meilleur de l’Europe chez nous.
Exigeons le meilleur de l’Europe ! Voila un discours que nous devons porter. L’Afrique doit exiger le meilleur de la France! Au lieu d’inviter la Chine ; une autre forme de poubelle – avec tous ses objets non-durables gâtés à peine sortis de la boutique pour un bonheur éphémère;- qui ne fait qu’augmenter les déchets dont il faudra un jour débarrasser l’Afrique.

2018

Où serez-vous en 2018? Que ferez-vous?
Si certains savent déjà très bien ou ils seront et ce qu’ils feront, vous devez vous aussi savoir à votre niveau ce que vous ferez au lieu de vous occuper d’eux. Serez-vous entrain de faire les mêmes choses que vous faites déjà aujourd’hui, ces choses que vous faisiez il y a un an, ou bien vous ferez quelque chose de différent? Il est temps de commencer à penser à soi-même au lieu de se laisser embrouiller l’esprit par les plans des autres qui ne pensent qu’à eux de toutes les façons; comme si leurs plans avaient déjà un jour changé votre vie !
Comment allez-vous vivre en 2018? Où serez-vous en 2018? Au même endroit? Entrain de faire la même chose qu’aujourd’hui? Et vous espérez changer quelque chose dans votre vie en 2018 en faisant les mêmes choses qu’aujourd’hui en 2015?
Habiterez-vous le même quartier, avec les mêmes coupures d’eau? Les mêmes coupures électricité? Serez-vous toujours en location ou bien vous aurez construit votre maison? Si vous l’avez déjà commencé, aurez-vous terminé les travaux en 2018 ou vivrez-vous toujours dans un chantier? Marcherez-vous toujours à pieds ou aurez-vous acheté une voiture? Si vous avez déjà une voiture aurez-vous toujours la même voiture? En 2018 à combien d’années serez-vous de la retraite? Ou bien vous serez déjà à la retraite?
Souvenez-vous où vous étiez-vous en 2011? Que faisiez-vous en 2011? Et qu’est-ce qui a changé pour vous depuis 2011? A moins que vous soyez résolu à l’idée que rien ne changera ni aujourd’hui, ni demain, ni en 2018… que vous serez en 2018 comme vous étiez en 2011… Et que toutes ces échéances, 2011, 2018, 2035, 2000 ce que vous voulez, ne changent jamais rien à nos vies et ne sont là que pour nous empêcher de penser à nous-mêmes!
Sauf que quand on souhaite que rien ne change, une chose change quand même avec le temps qui passe ; l’âge. En 2018, vous n’aurez pas le même age qu’en 2011. Au fait quel age aurez-vous en 2035? La chose qui change quand bien même on ne veut pas le changement, c’est le temps. On vieillit avec le temps qui passe; ou plutôt, on prend de l’âge . Même si vous êtes jeunes aujourd’hui, en 2018 vous aurez pris de l’âge. Même si vous ne voulez pas le changement aujourd’hui, vous serez plus âgé qu’en 2011 car “no one can stop the time”. Parce que vous serez donc plus vieux qu’aujourd’hui il est impératif de ne plus “vivre au rythme des saison” en se levant parce que le soleil s’est levé, et en se couchant avec le soleil qui se couche. Vous avez beau refusé le changement, le changement s’impose à vous avec ce temps qui passe. Où serez-vous en 2018? Où serons-nous? Que ferez-vous? Que ferons-nous?

LES MENSONGES VONT TUER CE PAYS

Nous croulons sous le poids des mensonges dans ce pays et le cycle ne semble prêt de s’arrêter. Pour mieux nous coloniser, les Allemands ont fabriques des tas de mensonges auxquels nous croyons toujours aujourd’hui. Les français sont venus rajouter les leurs à ceux des allemands et pas des moindres. Comme si ces deux périodes de mensonges coloniaux ne suffisaient pas, le régime du Cameroun indépendant d’Ahidjo, traître du nationalisme camerounais est venu rajouter sa part. Et aujourd’hui, en bon héritier de tous ces systèmes qui nous ont aliéné, le régime actuel assume dans le style « zéro mort » ces cultures du mensonge qui nous minent depuis plus d’un siècle en refusant de rendre aux camerounais leur histoire.
Si nous fêtons le 20 mai 1972 ce n’est pas pour les raisons qu’on nous donne. 1972 est la date à laquelle le pétrole est découvert aux larges des côtes du Cameroun anglophone. La France voudrait à notre insu exploiter ce pétrole sans que les anglophones de la République “Fédérale” du Cameroun ne leur posent des problèmes; ils trouve une solution; “l’unification”. La France a d’autant plus besoin de ce pétrole qu’elle vient de perdre une année plus tôt ses gisements Algériens nationalisés.
La question que je me pose est comment bâtir un pays avec des mensonges comme celui-ci. Certains ne voient peut-être pas un lien entre la décrépitude de notre pays et tous ces mensonges qui s’accumulent et commencent déjà a vraiment peser. Comment éviter qu’après deux colonisations atroces, une troisième ne s’installe avec les chinois par exemple si ce n’est en apprenant la vérité? N’est-ce pas la tâche de nos aînés, de nos pères qui semblent aujourd’hui plus occupés à s’éterniser aux affaires qu’ à rétablir ces vérités historiques? Combien parmi eux sont occupés à écrire leurs mémoires pour que les générations futurs ne se trompent plus?
Des mensonges; voila ce qu’ils nous laissent en héritage, génération après génération comme si le mensonge avait déjà bâti une nation quelque part! Fabien Eboussi nous apprends qu’ « une société qui se ment est condamnée à disparaître car elle n’apprend rien; surtout pas de ses erreurs passées; pire elle commet le crime absolu : le crime contre l’esprit ». Car il nous condamne à ne jamais récolter les fruits de la vérité que sont la science et la connaissance véritable.
Et quand on dit que « la vérité vous rendra libre », vous comprenez qu’avec le mensoge, nous avons opté pour l’esclavage ; donnant ainsi systématiquement raison à ceux qui disent que le noir est un menteur ou qu’il est incapable de science. Car en effet tout montre dans notre société actuelle notre penchant pour l’irrationalité qui n’est qu’une autre appellation du mensonge; et nous semblons nous y plaire. A ceux qui pensent que le mensonge leur a permis de survivre; ils oublient qu’il nous habitue à un fonctionnement d’une irrationalité effrayante qui parce qu’elle est mensonge finit toujours par nous rattraper un jour ; car quand on ment à un malade, c’est parce qu’on veut lui cacher qu’il va mourir.