Cameroun: Et si on réapprenait à parler d’avenir ?

A l’heure où il semble ne pas y avoir de perspectives d’alternance politique, c’est peut-être le moment de faire rêver les camerounais en leur parlant de ce qui sera différent lorsque Paul Biya ne sera plus là. Une manière de sortir des débats stériles sur une gestion passée qui nous empêchent de nous projeter dans l’avenir et de commencer à s’inventer un autre pays. Ne dit-on pas qu’on ne peut obtenir ce qu’on ne peut pas voir… Et si on parlait d’avenir? 

Puisqu’il est désormais clair que le match est terminé et que nous jouons maintenant les arrêts de jeu, commençons à débattre des changements que nous allons opérer une fois ce régime parti car il est évident que nous n’aimons pas le pays tel qu’il est aujourd’hui. Notre  passé  récent  et notre présent ne sont pas beaux,  il ne sert plus à rien de perdre son énergie dans des débats stériles à parler. Parlons donc plutôt d’avenir. Pensons au jour où nous allons nous mettre à rêver de nouveau…

J’aimerais voir tant de choses changer… Parmi les choses que j’aimerais voir différemment une fois la fin du match sifflé, il y a le style de gouvernance !
J’aimerais qu’on ait un régime ayant une certaine proximité avec le peuple. J’aimerais que la simplicité, le sens pratique et l’humilité anime nos dirigeants. J’aimerais voir des gens au service des autres, des gens ayant de l’empathie qui communique mieux, travaillent en équipe dans  la transparence avec enthousiasme et professionnalisme. Des gens qui sont là pour servir et non pour se servir.

Moi je vois l’avenir en 7 dimensions :

  1. Sur le plan de l’EDUCATION, parce que la moitié de la population à moins de 17 ans, l’école doit devenir le lieu où tout se passe. Je vois une « école ouverte », où parents peuvent venir prendre des enseignements sur le nouveau type de paludisme par exemple, où un policier peut venir parler de son métier aux enfants etc…  Je vois des écoles ou passe régulièrement un médecin pour les soins et la prévention. Je vois chaque école avec une cantine scolaire subventionnée avec un repas à 100 Francs préparé par les mamans des villes rémunérées avec des produits agricoles cultivés par les mamans des villages, boostant ainsi tout le secteur agricole. Je vois des nouveaux programmes scolaires avec un maximum de contenu local, je vois des enfants avec des tablettes numériques utilisables pendant toute leur scolarité, contenant tous les livres en version électronique, donc moins cher et des outils pédagogiques audiovisuels. Je vois des bus scolaires subventionnés faire du ramassage des élèves surtout en zone rurale où les distances sont grandes. Je vois un développement des sports de compétition à l’école ainsi que la pratique des arts grâce aux infrastructures et aux événements.
  2. Sur le plan de l’ECONOMIE, parce que nous devons sortir de l’économie des matières premières et  transformer nous-mêmes nos produits, Je vois un accompagnement des entrepreneurs sur les aspects création (par exemple le design pour les menuisiers), l’emballage, le marketing avec la création des marques et la vente en ligne par exemple, la logistique (transport). Je vois une assistance aux entrepreneurs  et à la formation du petit personnel en favorisant l’entrée des franchises étrangères dans notre pays qui fournissent les modèles tout en aidant au développement des franchises locales. Je vois les banques prêter aux PME, je vois les procédures de création d’entreprises allégées grâce à la suppression de passage obligé chez les notaires. Je vois la création d’une usine de montage de voitures pour créer des emplois, au vu du nombre de voitures que nous consommons dans ce pays. Je vois aussi supprimé la subvention sur le carburant car c’est aux gros consommateurs de carburant qu’elle profite le plus  (multinationales…)  et non aux petits consommateurs. Je vois enfin un statut pour les distributeurs de produits des multinationales et grandes entreprises (call boxeurs, vendeurs de cigarettes, de boissons…)
  3. Sur le plan de la SANTE, parce que les gens arrivent toujours trop tard à l’hôpital. Je vois chaque camerounais avec son blog médical, racontant sa maladie au jour le jour en attendant de voir le médecin. Je vois chaque camerounais avec une assurance maladie lui offrant systématiquement une couverture (soins, médicaments, examens) en privilégiant les plus démunis ne pouvant cotiser eux-mêmes. Je vois des services d’urgences très performants avec des ambulances dans toute la ville.
  4. Sur le plan du SERVICE PUBLIQUE, je vois toute la fonction publique informatisée à commencer par le courrier sous forme de e-mail. Je vois une fonction publique avec non pas une seule école d’administration, mais plusieurs écoles de management privé et public où on enseigne avant tout la force de la démocratie et non plus seulement celle de l’Etat comme c’était le cas avec l’ENAM. Avec des concours qui se feraient après l’école pour entrer dans la fonction publique avec des tests réguliers. Je vois une fonction publique avec un médiateur où peuvent se plaindre les usagers. Je vois une administration sans sous-préfets où les attributions de ce dernier seraient transférées chez les élus maires. Je vois un service publique où le train de vie de l’Etat serait réduit avec le développement des cités administratives où logent en même temps les fonctionnaires supprimant ainsi les voitures de services privés permettant d’économiser des milliards dépensés en achats, maintient et en carburant.
  5. Sur le plan des ELECTIONS et de la POLITIQUE locale, il est temps que ceux qui n’habitent pas les villages laissent les villageois faire la politique chez eux. Je vois des partis politiques différenciés obligés de se positionner tous sur les mêmes questions permettant de distinguer s’ils sont de droite ou de gauche, tels que  la répartition des richesses, sécurité sociale, impositions… Pour éviter la tricherie aux élections faute de moyens, je vois un système électoral s’appuyant sur une méthode statistique comme les sondages. J’aimerais aussi voir en direct à la télé, les débats de l’assemblée nationale.
  6. Sur le plan de la CULTURE, des MEDIAS et du TOURISME, je vois des villes avec des rues portant les noms de nos héros, avec leurs monuments pour renforcer notre identité nationale, je vois des fêtes sans défilé pour les civiles, des fêtes crées et imaginées par des metteurs en scènes et créateurs. Je vois des instituts de langues nationales partout, je vois la culture érigée en priorité nationale impliquant toutes les institutions. Je vois une Maison des Camerounais de l’Etranger leur permettant d’apporter au pays leur contribution. Je vois de nouveaux opérateurs de téléphonie mobile dont les bénéfices sont taxés pour financer la culture. Je vois une importante société de production et de distribution de la culture camerounaise. Je vois un réseau de médias locaux images, textes, sons, vidéo, boutique  (sous forme de page web) dans chaque petite localité du pays opérant sous le moto « possède ton image, raconte ton histoire, vends tes produits et services ». Je vois des publicités aux productions et contenus 100% local permettant de faire vivre photographes, mannequins, designers etc…
  7. Sur le plan des AUTRES choses qui restent, je vois pour la JUSTICE une dépénalisation des délits de presse et des pratiques homosexuels. Je vois pour l’ENERGIE un développement de l’énergie solaire et de l’énergie hydraulique à petite échelle dans les rivières et fleuves. Je vois pour le TRANSPORT EN COMMUN, la création des trains de ville sur les tracés existants. Je vois une formation pour les candidats à l’IMMIGRATION. Je vois pour l’ENVIRONNEMENT la relance des traditions africaines jugées écologiques, l’interdiction de l’emballage plastique et la redistribution de la taxe carbone aux communautés et individus préservant les forêts. Je vois la création de cimetières urbains et la limitation de la durée des funérailles pour limiter leur poids sur les familles. Je vois dans la COOPERATION la création au Cameroun des institutions jumelles de celles de références occidentales dans tous les domaines. Sur le plan de la FAMILLE, du POUVOIR D’ACHAT et des BIENS, parce que les familles sont surtout en conflit pour des questions liées à la succession et à la terre, je vois une réforme du code de la famille, du droit de succession, du droit foncier où la terre ne serait plus à vendre et des déclarations des revenus. Je fois des autochtones exonérés de la taxe foncière.  Je vois aussi la maison à 50 000 FCFA par mois pour les familles.
Publicités

2 commentaires

  1. ATEBA · mai 29, 2012

    Cette approche est intéressante Jean-pierre. Quelques bémols quand même: sur la dépénalisation des délits de presse. Je crois qu’il faut avant d’y arriver travailler a avoir une presse responsable qui soit en capacité de s’auto-réguler. C’est important de faire ce rêve, mais c’est aussi important de se demander si les autres Camerounais sont meilleurs que Biya, ou s’ils ne rêvent que de prendre sa place pour la continuité? Je te décevrais sans doute en te disant que je ne vois pas l’avenir sous les auspices que tu décris sans une forme de dictature éclairée ou l’on imposera ce nouvel modèle de société. La démocratie devra se construire en dernier ressort quand on aura réussit les fondamentaux que tu décris.

  2. Patty Bebe S. · mai 29, 2012

    Très belle approche. Tu auras Presque tout dit JP Bekolo
    Une bonne base pour les kamerunais qui devraient en prendre de la graine et y apporter des compléments
    Par contre, je préférerais que le mot autochtone disparaisse de notre vocabulaire.
    Sauf s’il fait référence au non kamerunais. Pour moi il y a les kamerunais et les étrangers (donc non kamerunais ni par filiation nipar nationalisation)
    Ce mot « autochtone » s’il est utilisé pour nommer les kamerunais venus d’une autre région kamerunaise s’installer dans une autre est une injustice.
    – Par ailleurs, je prône pour la dissolution de l’enam et la transformation de cette école en véritable laboratoire de formation sur la gestion de communes.
    – Sur le plan de l’après emploi, un système de retraite transparent et efficace qui permette a celui qui va en retraite de connaître le montant de sa pension retraite dès ses derniers mois de services et de la toucher dès le premier mois de sa retraite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s