LE CAMEROUN DEFIE L’AMERIQUE!

J’aimerais tellement que ce soit possible! J’aimerais tellement que le Cameroun défie les américains dans la construction des avions Boeing, dans l’industrie cinématographique comme Hollywood, j’aimerais que le genie camerounais défie Facebook, Google, que la musique camerounaise défie celle de Beyonce…

Qui plus que moi aimerais que le Cameroun soit un pays souverain qui quitte le Franc CFA, qui ne fait pas construire ses écoles primaires par les dons Japonais, qui ne fait appel ni au FMI, ni à la Banque Mondiale et encore moins aux Chinois. J’aimerais que la souveraineté ne soit à pas uniquement une souveraineté qui autorise à des camerounais de faire mal à d’autres camerounais.

Ce que certains réclament aujourd’hui en choeur en s’adressant comme je l’entends au Secrétaire d’Etat Adjoint Américain en charge de l’Afrique, c’est le droit d’emprisonner, de torturer et le droit de tuer d’autres camerounais. Et pour se faire mal à nous-memes et à nos frères, nous sommes prêts à prendre tous les risques et donc défier la premiere puissance mondiale… Tellement nos coeurs sont noirs! Pourtant ce que nous demande en fait l’Américain c’est tout simplement d’arrêter de nous auto-détruire, de nous entretuer! Mais puisque notre haine contre nous même est plus forte que tout, il faudrait que toutes les foudres s’abattent sur celui qui a osé vouloir notre bien….

Le regime de Yaoundé qui n’a pas pu relever le défi de la CAN, qui n’arrive pas relever le défi de l’eau, le défi de l’électricité, le défi du chômage des jeunes, le défi de Monique Koumateke, le défi de la corruption… le défi tout simplement de se soucier de son propre peuple serait donc prêt à faire la guerre à l’Amérique qui nous dit de plutôt défier notre propre barbarie…

Aveuglés par la haine des leurs et donc d’eux-mêmes, les camerounais dont aucun imminent représentant en 37 ans n’est jamais allé s’incliner ni sur la tombe de Martin Luther King, ni sur celle de Nelson Mandela, ne parlons pas des autres, disent parler au nom d’une Afrique qui se veut souveraine quand nos vieillards se bombent le torse d’avoir choisi par servitude volontaire le parrainage de l’enfant blanc Macron!

Pour bien comprendre les dégâts du colonialisme français sur l’élite dirigeante de Yaoundé, le Cameroun défie l’Amérique parce qu’il a le soutien de la France! Quel Paradoxe!

Quand on parle de souveraineté il est important de se rappeler que le Cameroun a été confié à ceux qui comme Paul Biya ne voulaient pas l’indépendance. Et celui qui ordonne les arrestations des leaders du MRC, la guerre dans le Nord-Ouest et Sud-Ouest… essaye de capitaliser sur sa longévité qui date de l’époque de la repression des camerounais dont il a été plutôt spectateur, et essaye aujourd’hui d’en faire un mauvais remake s’appuyant sur le fait que la jeune generation de camerounais à qui il a privé de leurs véritables héros (sans noms de rue ni monuments) pour produire un nationalisme dont la seule finalité est de lui octroyer à lui et ceux qui l’accompagnent un jour de plus au pouvoir.

Quand on lance un défi à quelqu’un on l’invite à un duel qui sera un face à face sans lâcheté où on veille à une certaine équité. Je ne pense pas Paul Biya, comme Maduro au Venezuela soit entrain de preparer son armée, sa Police, son BIR, sa Garde présidentielle, ses magistrats… à répondre au défi qu’il lance à l’Amérique dans l’éventualité où ce défi prendrait une toute autre tournure…

Par contre je vois depuis des années Paul Biya entrain de deployer ces mêmes forces contre les camerounais; ce qui voudrait dire que Paul Biya et tous ceux qui veulent pouvoir tuer librement les leurs sans aucune ingérence étrangère ne défient pas en fait l’Amérique; ils défient plutôt les camerounais car c’est sur eux que le duel final aura lieu.
Comme c’est un seul des acteurs du duel a le fusil, il est normal que n’importe quel spectateur de ce duel dénonce son iniquité comme le fait l’Amérique (contrairement à la France et les autres…).
Donc quand vous exiger votre souveraineté, c’est en fait de la souveraineté d’être le seul à se servir du fusil, sachant bien que celui que vous défiez vraiment dans ce duel a choisit de ne pas en avoir; cette souveraineté là personne ne doit vous la donner, surtout pas la communauté internationale.

Arrêtez la guerre, libérez tous les prisonniers, arrêtez, la destruction de votre propre pays, ce que l’Amérique demande c’est pour notre bien!

Publicités

LE CAMEROUN POUR ALAIN BADIOU

Cher Alain Badiou

Le Cameroun ne doit surement rien vous dire mais puisque vous etes rien ne vous est de l’ordre de l’impensable, meme comme on dit ici “si on vous explique le Cameroun et que vous comprenez, c’est qu’on vous a mal expliqué” vous, vous allez surement comprendre parce que vous êtes Alain Badiou, mais moi je vais essayer de bien expliquer meme si l’heure n’est plus à la philosophie. Etant le dernier grand penseur à qui nous vouons un culte, moi surement pas autant que ce jeune Germano-Camerounais qui fut votre étudiant et qui est en moment emprisonné au commissariat central numero un à Yaoundé, au Cameroun avec de nombreux autres. accusés de « complicité avec les marcheurs et tentative de trouble à l’ordre public »… En effet, ce samedi 26 janvier 2019, il y a eu une marche de l’opposition interdite et sévèrement réprimée par le regime en place; on parle de tirs à balles réelles. Deux leaders de l’opposition ont étés blessés par balles tirées par la police parmi les deux la jeune avocate ayant démontré devant la cour constitutionnelle les fraudes qui ont permis au president Paul Biya de briguer un septième mandant après 36 ans au pouvoir. 

Il y a encore quelques mois sur Facebook, aux lendemains de cette élection querellée, je parlais avec votre ancien étudiant Germano-Camerounais actuellement au commissariat central numero un de Yaoundé de votre livre ELOGE DE LA POLITIQUE, faisant un parallèle avec le conseil constitutionnel camerounais qui avait jugé “irrecevables” les contestations de la jeune avocate ayant reçu deux balles dans la jambe lorsque vous dites “Machiavel – auteur préfère de Paul Biya selon lui-meme – a largement défini la politique comme un art souverain du mensonge. Elle doit pourtant être autre chose: la capacité d’une société à s’emparer de son destin, à inventer un ordre juste et se placer sous l’impératif du bien commun.” Votre ancien étudiant Germano-Camerounais actuellement emprisonné avec de nombreux autres au commissariat central numero 1 m’avait répondu ceci: “En fait pour Badiou le mot politique a deux significations complètement opposées. La première est la lutte pour la conquête et la préservation du pouvoir. La seconde, qui elle date au moins de l’Antiquité, est relative à la question de la justice dans la cité. Pour lui on devrait trouver deux mots différents pour ses deux significations opposées. Bien évidemment, c’est la seconde qui fait l’objet de la philosophie.”

Ce qui s’est passé au Cameroun n’intéresse pas le monde occidental occupé le Venezuela avec lequel Trump veut en découdre; Macron dont je sais tout le mal que vous en dites dans ELOGE DE LA POLITIQUE a préféré ignorer le “procès en pauvreté” de l’Afrique que les fascistes italiens font à la France, mais votre analyse marxiste de la situation des pays africains dont le Cameroun et leur relation avec « La France, éternel empire colonial, responsable de la pauvreté et de l’immigration des africains en Europe »” comme le dit Luigui Di Maio ne saurait vous laisser indifférent surtout quand il poursuit en demandant de ” décoloniser ces quatorze pays -utilisant le Franc CFA – immédiatement, au point d’appeler l’Union européenne à instaurer des sanctions à l’encontre des pays qui, selon lui, «appauvrissent l’Afrique» et sont ainsi à l’origine de la crise migratoire. Que pensez-vous aussi du silence assourdissant de l’Allemagne dont est originaire votre ancien étudiant emprisonné au commissariat central numero un à Yaoundé , pays leader de cette Union Européenne dont la monnaie l’Euro serait complice?

Pourtant ce qui se passe au Cameroun dans l’indifference générale comme pour votre ancien étudiant Germano-Camerounais emprisonné au commissariat central numero 1 à Yaoundé et des centaines d’autres emprisonnés avec lui, confirme bien ce que dit Luigi Di Maio qui mets à nu travers la France toutes ces soit-disant démocraties occidentales et leur hypocrisie face à l’homme noir et face à l’Afrique! Sauf qu’en face cher Alain Badiou, les africains non seulement vous regardent, et vous devez ressentir comme Sartre “le saisissement d’être vu”. Et le fossé qui sépare désormais les africains de vous, les soit-disant démocraties occidentales devient tel que l’hypothèse du communauté de desseins est désormais exclue. Les africains se préparent maintenant à vivre avec l’occident une ere des inimitiés irréversible.  

L’AFRICAIN DANS LA MATRIX DE LA MORT

Constatez une chose, la mort est inscrite dans toute perspective futur de l’Africain. Dès qu’un Africain rêve d’un futur different de celui mortifère qu’on lui propose depuis l’esclavage, la colonisation et les dictatures actuelles, c’est la mort qu’on lui brandit. Celui qui decide de partir pour chercher un monde meilleur, c’est encore la mort qui l’attend dans les oceans et les deserts qu’il doit traverser. Quand il est afro américain rien que le sentiment de liberté qu’il pourrait exprimer de marcher dans la rue pourrait lui couter la mort. Quand il est africain, oser vouloir un monde meilleur, c’est encore la mort. Car marcher c’est dire que je refuse de mourir de cette manière en vivant comme un animal; là aussi sur son propre sol, c’est la mort qu’on lui présente. S’il se contente seulement de l’exprimer, on l’accusera d’envoyer les enfants des autres à la mort. Mais nous sommes nous seulement posés la question de savoir si marcher tue, si parler tue? On nous fait oublier que quelqu’un quelque part a donné le fusil à un autre en lui donnant pour instruction de tuer celui qui va oser vouloir imaginer un autre futur. Qui a enfermé l’Africain dans cette matrix de la mort? Sommes-nous seulement posés la question de savoir qui a intérêt depuis des siècles a associé le futur de l’Africain avec la mort? Voila pourquoi ceux qui l’ont compris fuient l’Afrique… Et ceux qui sont restés détestent ceux qui ont pu s’échapper. Si ce n’était une affaire de mort, pourquoi ceux qui sont au sommet s’assurent avant tout de survivre avec leurs enfants en allant se soigner partout ailleurs sauf chez eux? Si ce n’est pas de la mort dont il est question pourquoi un tel investissement sur leur sécurité personnelle? Quand on pense à Sankara, à Kadhafi, à Amlicar Cabral, à Malcom X, à Martin Luther King… on comprend que c’est le projet qui à commencé il y a des siècles qui se déroule aujourd’hui encore dans certains de nos pays; celui de faire accepter à l’Africain un present mortifère, que certain appellent “la réalité” comme unique perspective; en faire un esclave et un colonisé des temps modernes qui ne doit surtout pas s’opposer – être dans l’opposition –  au projet qu’on a tracé pour lui. celui de sa propre mort dont il doit être complice. S’opposer à sa propre mort n’est-il pas devenu une insulte? “Espèce d’opposant! Sauf que ce qui est prévu, c’est que tu t’opposes tu meurs, tu ne t’opposes pas tu meurs… alors tu fais quoi?

L’ÉMOTION EST DE RETOUR !

Alors que je commençais à désespérer des camerounais devenus insensibles à tout y compris aux vies humaines, je découvre que la mise à sac des ambassades du Cameroun en Europe les a vraiment touché. Les dégâts matériels ont suscités une émotion bien plus importante que les causes de cette colère qui a abouti à cette réaction. Il n’y a qu à lire les moqueries sur les victimes de tirs à balles réelles de la manifestation de samedi sur des leaders connus de l’opposition! J’imagine que le « singularisme » qui veut que nous avons développé avec l’Etat une relation liée uniquement à notre dossier individuel en souffrance dans tel ministère ou telle ambassade, nous a fait oublier du fait de la répression coloniale et post-coloniale le concept de « solidarisme » qui veut que l’Etat c’est NOUS! Et donc que le Cameroun constituerait un seul corps; et que deux balles tirées sur la jambe d’une Camerounaise par la police serait une balle tirée dans la jambe de tout Camerounais. Et que la colère que cette violence a suscité chez certains au point de détruire leur propre chose, est une réaction humaine normale. Car celui qui ne crie pas quand il a mal est déjà mort. De la à penser que les camerounais sont devenus des morts vivants, il n’y a qu’un pas… Pire au Cameroun c’est devenu normal de« get away with crime » … Le nombre de crimes augmentent mais il n’ y a jamais de conséquences. Cette émotion qui revient au détour d’une conséquence d’un acte d’une brutalité inhumaine qu’est la destruction des ambassades; si on s’en tient au matériel, ne s’exprime pas pour la mauvaise gestion des biens de l’Etat; ne parlons pas alors des morts et déplacés de la guerre du Nord et Sud Ouest… Tout ceci est devenu normal pour les camerounais ! Quand on parle du normal, on ne peut ne pas parler du pathologique ; de ce qui est anormal ; donc de la santé mentale !! Que sont devenus les camerounais revient à se demander si les camerounais sont encore normaux; ils rient pendant les deuils, se moquent des blessés sur qui la police a tiré… la liste des symptômes de folie que les camerounais ont développé est longue… Mais ce qui est à noter ici est que le Camerounais est devenu plus sensible au matériel. Est-ce à cause de la misère rampante; l’objectif d’attraper une miette qui tomberait de la table de cette élite issue du décret présidentiel qui fait rêver? La folie puisque c est de cela qu’il s’agit, l’anormalité des camerounais se manifeste donc dans cette émotion qui est de retour… mais sommes-nous seulement encore d’accord sur ce qui nous fait rire et ce qui nous fait pleurer? A moins que nous soyons d’accord que l’Etat ce n’est plus NOUS si seulement il l’a jamais été! Si l’Etat n est pas NOUS, il est qui alors ?

L’ESPRIT DU SOUS-DEVELOPPEMENT

Quand on disait que le sous-développement était mental, j’avais du mal à croire que nos mentalités étaient différentes de celles des autres. Sous d’autres cieux, quand on a froid, on se met à chercher comment fabriquer des pullovers pour se couvrir. Quand on a chaud, on se met à chercher comment fabriquer un engin qui va produire soit du vent, le ventilateur soit du froid, le climatiseur. Chez-nous quand on a froid, on va acheter désormais à la friperie les pullovers venus de là-bas, quand on a chaud, on va acheter chez les chinois les climatiseurs moins chers. Et si c’était cela l’esprit du développement? Un esprit qui est tourné à résoudre ses problèmes et non à attendre que quelqu’un d’autre vienne les résoudre pour qu’on en jouisse. Donc un esprit qui vénère et sacralise la connaissance, le savoir, l’excellence, la rigueur et la competence. Un esprit qui s’oppose à l’esprit du sous-développement qui pense et dit que “il veut nous montrer qu’il connait trop?” et qui oblige les compétents et ceux qui savent à cacher leur savoir. Qui n’aimerait pas que le médecin qui le soigne montre qu’il connait trop? Quand j’entends ceux qui savent, je veux dire les intellectuels produire des théories pour justifier que le niveau des travaux pour la CAN était avancé et developper les théories du complot, je me demande comment l’esprit du développement nous a quitté à ce point. J’ai entendu un responsable de la CAF dire que quand nous exigeons que le Cameroun ait un service d’urgences aux normes dans toutes villes accueillant la CAN, qu’il y aie un scanner etc. Ce n’est pas pour nous, c’est pour developper votre pays, pour que l’Afrique ne souffre plus d’aucun complexe. Quand nous voyons des camions traverser nos villes transportant des poteaux en béton coulés en Italie pour venir construire nos stades sans que ceux qui pensent ne s’offusquent, je me demande comment avons nous intégré à ce point l’esprit du sous-développement. Est-ce juste pour ces petits privileges – je pense aux missions à l’étranger vers ces pays ayant cet esprit du développement et aux voitures fabriquées ailleurs par ce même esprit du développement – que leur octroie le régime en place qu’ils ont renoncé à ce projet qui est le plus important pas seulement pour nous Africains mais pour l’humanité entière? Sans lister le chapelet de toutes ces choses de sous-développés que nous avons appris à justifier dans un pays qui choisi systématiquement pour porte-parole des menteurs, et posent les fondements de l’esprit du sous-développement, la tricherie, le vol, l’injustice, le mensonge, le crime, l’autocratie, la repression, la guerre… nous avons définitivement choisit en entendant nos intellectuels, non pas de ne pas se developper mais d’imposer aux autres notre esprit de sous-développement.

Si on t’explique le Cameroun…

Si on t’explique le Cameroun et que tu comprends, c’est pas qu’on t’a mal expliqué, c’est qu’on t’a expliqué en sautant un chapitre important.
Ce chapitre manquant est celui qui raconte comment le blanc est parti, comment il nous a laissé et comment nous avons tellement aimé cet endroit où il nous a laissé que quand il est revenu, il ne comprenait pas ce que nous faisions toujours là où nous étions. il nous a demandé ce que nous faisons là, on lui a répondu que c’est lui qui nous a laissé à cet endroit…
En d’autres termes, ce qu’on ne t’a pas expliqué c’est la décolonisation avortée du Cameroun. Après une lutte de libération perdue par les nationalistes, le colonialisme français a créé un troisième camp. Et c’est ce troisième camp à qui ils ont confié le pouvoir et qui le détient toujours aujourd’hui.
Si tu comprends que dans cette bataille il y avait deux camps, les colonisateurs d’un coté, et les nationalistes de l’autre comment expliques-tu ce troisième camp? Des gens qui étaient des deux cotés à la fois?  Tu veux une explication? Il n’y a pas d’autre explications à donner sinon que c’étaient des traîtres.
Ce qui semble incompréhensible pour les camerounais aujourd’hui est qu’ils ont attendu pendant des décennies des oeufs , les oeufs ne sont jamais arrivés , tout simplement parce qu’ils n’avaient pas une poule comme ils le pensaient mais plutôt une chèvre.
Mais comme on a sauté ce chapitre, on préfère penser que c’est l’explication qui n’était pas bonne pourtant elle était juste incomplète. Qu’est-ce qui a aveuglé les camerounais au point de pas voir qu’ils avaient une chèvre? Les petits privilèges, la distribution des privilèges qui est devenu la mission première de cet Etat naissant à fait reléguer au second plan le projet impossible dans lequel ils s’engageaient; celui d’espérer construire un Etat Africain sur les bases du colonialisme.
Comment on passe d’une armée et d’une police coloniale créée et formée pour mater, humilier et surveiller son propre peuple à une armée et une police au service de son peuple?
Comment on passe d’être un indigène soumis qui courbe l’échine à un camerounais indépendant fier?
Comment on passe d’un gouverneur colonial tout puissant à un président d’une République démocratique?
Qui va t’expliquer qu’on a essayé de passé de l’un à l’autre sans rupture et qu’on continue à prendre l’un pour l’autre?
Qui t’a expliqué ce que Achille Mbembe veut dire quand il parle de « sortir de la grande nuit »?
Qui t’a expliqué comme Fabien Eboussi que nous, les Muntus, nous sommes en crise?  Quand bien même tu voudrais comprendre, tu ne dois pas comprendre ces explications qui expliquent l’inexplicable car le fait est que en 2018, le Cameroun demeure encore dans la continuité du projet colonial.
Si vous n’avez pas compris ca, c’est qu’il faudrait tout recommencer y compris le Cameroun lui-même…